Night birds [Ruby <3]

Aller en bas

Night birds [Ruby <3]

Message  Orléans Citysearl le Mar 11 Mai - 19:57

Ah la nuit, avec ses douces couleurs bleu sombre, sa fraicheur, ses étoiles... de mer. Oui, Fake Pearl est un institut sous-marin, les étoiles céleste étaient donc invisible depuis les vitres de l'institut, au grand regret d'Orl'. Avec beaucoup beaucoup d'imagination, on aurait sans doute pu se dire que les étoiles de mer étaient des astres échoués, mais après un bon quart d'heure à tenter vainement de s'en convaincre, l'adolescent avait fini par renoncer. Lové dans un fauteuil de la salle commune des C.A.T.S., le regard fixé sur les vitres transparente et la faune qui changeait petit à petit avec la tombée de la nuit, il dressait mentalement la carte des lieux explorés depuis son arrivée. Les lieux dans lesquels il avait le droit de se trouver, en somme... Pas d'issue de secours facile, ou qui ne nécessite pas l'aide du personnel. C'était ennuyeux, quand même.

Mais pour le moment, le jeune mutant n'était pas d'humeur à s'irriter. Avec l'approche du couvre-feu, la plupart des élèves se dirigeaient vers leur chambre (ou celle d'un autre d'ailleurs...), laissant la salle commune vide, calme, ce qu'elle n'était pas en journée. Un coup de musique presque calme dans les oreilles et l'humeur d'Orléans était passée de "maussade" à "tout à fait correcte", et l'absence de regards ou de personnel dans les environs n'y était pas non plus totalement étranger. Vous noterez l'obstination du mutant à tourner le dos aux poissons, à croire qu'il y faisait une allergie... Orl' griffonnait donc d'un air distrait sur une page arrachée à un cahier depuis déjà un bon quart d'heure quand quelqu'un coupa intelligemment les lumières. Joie... Un soupir échappa au jeune homme alors que bon nombre de pensées peu flatteuses traversaient son esprit pour qualifier celui qui avait eu une idée telle que le couvre-feu.

Puis une étincelle passa dans ses yeux verts. Attendez... Pas de lumière ? Pas d'élèves dehors, juste quelques pions pour surveiller que les règles étaient respectées ? Oh... Mais en fait, c'était pas plus mal. C'était même carrément bien, vu que cela lui créait une occasion en or de fouiner dans les recoins inexplorés pour le moment de Fake Pearl. Un demi-sourire amusé passa sur ses lèvres fines, sans qu'il ne bouge du fauteuil pour le moment. Non, il pouvait bien attendre un peu, histoire d'être sûr de ne pas croiser d'intrus indésirable tels que surveillants, professeurs, retardataires et autres...

Une demi heure plus tard, il se leva enfin de son fauteuil, qui avait fini par prendre la forme de son corps ou presque, comme c'est parfois le cas avec les chats. Une inspiration d'air frais en s'étirant... C'était surement purement psychologique, mais il pouvait comme sentir un arrière goût d'adrénaline. Quelques minutes plus tard, l'adolescent était passé à pas de loup déposer tout ce dont il n'avait pas besoin en vrac dans sa chambre, à savoir carnets, crayons, casque et tout ce genre de bazar qu'il promenait en journée. Il enfila au passage un sweat sombre, sans dessins ou imprimés clairs ou colorés pouvant trahir sa présence et vérifia que la semelle souple de ses baskets ne faisait pas de bruit sur le sol. Parfaaiiit.

Les couloirs de verre déserts laissaient passer une vague lueur bleu sombre, tamisée par les mètres d'eau entre l'institut et la surface, qui, pour être honnête, ne fournissaient pas de réel éclairage. Ce n'était pas comme si Orléans n'avait pas l'habitude de jouer les noctambules... Après une pause pour laisser ses yeux s'accoutumer à l'obscurité, il s'avança d'un pas félin dans l'institut ensommeillé, silencieux, sentant son coeur battre régulièrement, son souffle lui paraissant être le seul bruit de l'univers fake pearlien, bruit il faut l'avouer peu présent. Alors alors... N'ayant pas d'itinéraire particulier, le mutant décida de errer un peu à sa guise, faisant tout de même attention à mémoriser son parcours. Il finit par pousser la porte du réfectoire, un sourire aux lèvres. La grande salle, une fois vidée du monde qui y était d'habitude, avait un air étrangement solennel, calme, avec ses chaises rangées sagement, ses tables presque alignées... Il s'immobilisa, ses yeux de chat parcourant les environs. Tiens... S'il faisait un tour en cuisine ? Juste pour voir comment c'était arrangé, si on pouvait s'y cacher, s'il y avait une entrée de service qui pourrait peut-être se transformer en sortie lui rendant un sacré service...

La fine silhouette se glissa donc dans cette direction, évitant prudemment de percuter le mobilier pour ne pas faire de bruit suspect, comme si ce genre d'escapade était une habitude. C'en était presque une, en fait. Sauf que lors des précédentes, il avait toujours pu compter sur le fait qu'un petit bruit n'attirerait pas trop l'attention, qu'on pourrait penser qu'il avait été créé par une voiture, ou un chat... Là, les poissons chats ne risquaient pas de se voir accuser du raffut que pourrait déclencher un geste de travers. Prudence, donc... Orl' poussa dooouucement la porte de la cuisine, jetant un coup d'oeil par l'entrebâillement en espérant ne pas y découvrir une mauvaise surprise du type un adulte du personnel ayant décidé pour une raison encore inconnue de faire une pause casse-croûte en pleine nuit. Personne à l'horizon. Enfin, façon de parler, il n'y a pas d'horizon sous l'océan. La silhouette de noir vêtue du mutant se faufila donc dans la pièce en bénissant quiconque graissait les gonds de toutes les portes de l'institut.

Sourire aux lèvres, il explora rapidement la pièce du regard... Bon, pas de sortir de secours espérée, mais ce n'était pas cela qui allait altérer la bonne humeur générée par cette sortie nocturne. Il s'étira d'un mouvement souple, pas du tout fatigué, ses insomnies jouant pour cette fois en sa faveur et... et s'immobilisa. Bon... Soit il y avait des souris dans ce complexe, soit il y avait une autre présence non loin. Ou alors il rêvait debout, mais ce n'était pas trop son genre, en général. Pas le temps de chercher une cachette élaborée... Ses yeux émeraudes tombèrent sur une armoire, derrière la porte. Pas très intelligemment placée, vu que le battant devait la heurter à chaque fois qu'on l'ouvrait en grand, et il restait un angle vide, en plus... Impeccable, il devait pouvoir se glisser dans l'angle entre ledit placard et la porte, quelqu'un ne faisant que passer ou ne s'attardant pas à une inspection minutieuse de la pièce ne le verrait pas et il pourrait en sortir sans soucis s'il s'agissait d'un compagnon noctambule...

[1074 mots, je suis en progrès /o/]
avatar
Orléans Citysearl

Nombre de messages : 66
Age : 25
Emploi/loisirs : ça te regarde ?
Humeur : De glace
Date d'inscription : 17/04/2010

| Bloc Notes |
Pouvoir :: Poussée d'adrénaline / suractivité physique
Relations::

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Night birds [Ruby <3]

Message  Ruby Westphan le Mar 11 Mai - 23:03

    Pourquoi la rouquine avait-elle eu ce pressentiment? Celui d'une longue, longue, très longue journée. Fatiguante de surcroit. Pour une fois que c'était jour de repos, elle avait décidé -indépendamment- de faire comme beaucoup la grasse matinée. Trop demander? Apparemment, oui. D'habitude, on ouvre délicatement -péniblement- les yeux après la douce -abrupte- sonnerie de réveil, pour s'éveiller tranquillement -dans l'urgence- et se diriger vers les sanitaires. D'ordinaire, il faut dire; malheureusement, les colocataires ne rentrent pas toujours dans cette équation. Et il fallait croire que Ruby n'aurait pas ce plaisir par ce doux matin: le volume sonore de la chambrée avait grimpé d'une dizaine de décibels en moins de 10min.

    Cause? Deux mâles bourrés d'hormones hyperactives, surtout le matin, avait décidé de continuer leur lutte perpétuelle aux aurores. La jeune fille n'avait pas saisi le problème de base - pas grave, elle comprendrait en route. Une remarque ironique suffisait à les déclencher, ces deux-là... Revenons aux moutons. Dans le coin droit, Kal, demie-armoire à glace, en t-shirt-caleçon, le regard dardé sur son opposant, toutes griffes dehors, face à lui dans le coin gauche, plus fluet mais aussi d'attaque, Nat' tout aussi couvert, lâchant les décibels aussi vite que l'éclair. Ca allait dégénérer... si, si, ça allait y aller. Le premier empoigna le deuxième qui bascula, les yeux dans les yeux, prêts à utiliser leurs capacités, la rousse pouvant presque entendre Makkuro débarquer pour voir le futur carnage. En comptant lentement jusqu'à trois (le temps d'ouvrir les yeux et de resituer les poissons), elle se dirigea rapidement vers le noeud humain, presque calmement. Totalement ignorée.

    - Parce que tu m'en crois pas capable? Tu va ramper toute la journée mon vieux à mes pieds.
    - Cours toujours. Essaye seulement et tu va voir qui va traîner.
    - Ah ouais? J'aimerais bien voir ça?
    - Oui, moi aussi j'aimerais bien voir ça. Stop, stop, stop. Reculez de trois pas chacun de votre côté.
    - C'est une blague? Va te recoucher, on t'appellera pour voir le spectacle!
    - ...


    Les yeux flamboyants, l'hypnotiseur donnait toute l'ardeur possible à son regard que le brun essayait d'éviter, en ouvrant la bouche...

    - STOP! cria-t-elle, sans se rendre compte de sa propre voix. Elle reprit son souffle sous deux paires d'yeux étonnés: Ne.. Ne m'obligez pas à vous calmer. Ne m'obligez pas à le regretter plus tard... vu mon niveau de réveil, j'ai pas envie de vous transformer en légumes pour pas grand-chose... Je suis sérieuse!

    Grand moment de solitude (de panique pour elle). 1, 2, 3. Ils se relevèrent, se lâchèrent, en vaquant chacun à leur activité, du coin de l'œil. Genre, tu paye rien pour attendre. Totalement désemparée, apeurée, la pauvre n'en menait pas large. La lutte n'allait pas tarder à se dérouler, et personne n'allait les arrêter avant qu'ils ne se tapent dessus... La rouquine attrapa la première chose qui lui tomba sous la main, et s'enfuit vers les sanitaires. Une demie-heure plus tard, apprêtée, les cheveux toujours lâches flottant jusqu'aux reins, une jupe à plusieurs couches immaculées flottantes et un simple débardeur, elle réintégra ses quartiers... et tomba nez à nez avec un joli post-it sur la porte:

    "A charge de revanche, chérie! <3"


    Elle arracha le papelard qu'elle lança en boule contre le mur. Les hommes avaient désertés, sûrement en vadrouille pour longtemps. Le truc leur servant de chambre totalement en plan, vrai champ de bataille bien sûr. Décidant de n'en pas tenir compte, elle attrapa le premier carnet qui lui tomba sous la main, des pastels pour changer, et boucla le tout dans une ceinture besace. Parée à s'enfuir. Fuite qu'elle poursuivit toute la journée, poussant jusqu'au stade pour voir les sportifs, de la bibliothèques aux rayonnages foisonnants jusqu'au solarium et ses plantes incroyables. Elle finit par un détour à l'auditorium, où quelques musiciens avaient décidé de se rassembler pour répéter. Et surtout offrir un spectacle incongru qu'elle n'était pas la seule à admirer. Son carnet s'était rempli d'un joyeux assemblage de taches multicolores, et d'aucun tombé sur celui-ci aurait pu retracer tout son parcours en image.

    Le temps était passé comme une flèche, ce dont elle ne soucia d'aucune sorte, quand elle finit par atterrir dans le salon commun des S.E.E.R. dans la soirée. Le lieu se vidait doucement mais sûrement, et il resta à la fin juste la jeune fille assise contre un fauteuil. Le sol était bien plus confortable. Annotant tous ses croquis du jour avec la date précise, elle tenta d'attraper machinalement la montre à gousset qui ne la quittait jamais, pendue à son cou habituellement. Qui, justement, ne s'y trouvait plus. Panique totale. Vite, se remémorer: l'avait-elle déposé? Enlevé? ... perdu? Totalement en alerte, elle fut surprise par la lumière brusquement éteinte: couvre-feu général. Désemparée, elle fila en douce jeter tout son barda sur son lit - ni Nat ni Kal, ce soir... -, prit le premier gilet sombre qui lui tomba sous la main et fila rapidement refaire son parcours de la journée. Avec un peu de chance, elle retrouverait son bien et réintègrerait la section sans être inquiétée par quelque personnel errant ou surveillant.

    "Je ne devrais pas faire ça, je ne devrais pas faire ça...." Elle se souvint l'avoir eu en main au stade. Au solarium. Puis, plus rien. A pas de loup dans les couloirs déserts (et franchement effrayants), elle se dirigea vers l'auditorium. Rien à sa place de l'après-midi. Arpentant encore les corridors, elle dressa l'oreille à l'écho d'un pas -trop- assuré au loin. Un surveillant. Ou pire... LUI. Comme dans un cauchemar, elle courut le plus silencieusement possible, et franchit le premier battant qui s'offrait à elle: des tables alignées avec leurs chaises, un silence mortel... le réfectoire. Piteuses cachettes possibles sous le regard de la faune marine. Mais quelle idée!

    Haletante, elle se dirigea vers la dernière porte restante, les pas ayant franchit comme par instinct le même battant. Ou plutôt alertés par le bruit qu'elle avait du faire. Poussant le lourd battant qu'elle referma rapidement, elle s'aventura dans la pièce sombre, peu rassurée, cherchant du coin de l'oeil la première cachette pour se réfugier en sécurité. La personne derrière allait forcément la trouver. Avant qu'elle ai pu faire quoi que ce soit, une main jaillit de derrière la porte, la saisit au poignet pour l'attirer avec elle dans l'ombre. Se préparant à crier, une main l'en empêcha en baillon; immobilisée, tue, elle attendait, glaçée d'effroi, tandis que le battant se repoussait sur elle et l'ombre en les dissimulant, découpant une silhouette en blouse dans l'encadrement...


[1158... moi aussi \o/]
avatar
Ruby Westphan
Smile! Psycho-service à domicile bonjour? ♪
Smile! Psycho-service à domicile bonjour? ♪

Nombre de messages : 96
Age : 25
Localisation : Sûrement derrière toi.
Humeur : En vagabondage~
Date d'inscription : 30/07/2009

| Bloc Notes |
Pouvoir :: Morphine humaine/6e sens
Relations::

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Night birds [Ruby <3]

Message  Orléans Citysearl le Mer 12 Mai - 16:53

Et zut. Pour ne pas penser pire, en tout cas. Orl' fit une légère moue en entendant bel et bien des bruits de pas. Attendez un peu... Un tout petit peu... Tendant l'oreille, l'adolescent pu rectifier sa première impression. Il y avait quelqu'un en effet, et même plusieurs quelqu'uns, s'il ne se trompait pas. Régulant sa respiration pour tenter de la faire la plus silencieuse possible, il se concentra. Les pas auraient pu être légers s'ils n'avaient été si rapides, proches de la course, en fait. Oooh, chouette, des ennuis. Mauvaise réaction de survie, allez-vous me dire, mais nous parlons ici d'un garçon capables d'idées tordues telle que celle de se balader volontairement dans les couloirs la nuit pour cause d'insomnies ennuyeuses au lieu de rester sagement en sécurité dans son lit. Bref, le jeune mutant sourit doucement et... ah. Un second martèlement de pas, plus assuré celui-là, plus lointain, aussi, d'après ce qu'il percevait, et sans vouloir se vanter, il avait un peu d'entrainement déjà.

Le premier quelqu'un s'arrêta un instant, puis sa course reprit, se rapprochant, alors que le cerveau d'Orléans tournait à plein régime. Le second quelqu'un semblait se rapprocher, n'ayant pas le souci de la discrétion, et si ça continuait comme ça, le mutant et l'autre poursuivi allaient se faire attraper en flagrant délit. Sauf s'ils se montraient plus futés que les lourdauds que pouvaient parfois être les adultes. Le jeune homme prit une respiration calme, sentant une pointe d'adrénaline se glisser dans ses veines. Surtout, surtout ne pas rater son coup, ou ils étaient mal... La porte s'ouvrit, laissant passer une silhouette surmontée d'une chevelure rousse qui referma la porte derrière elle, son regard cherchant manifestement déjà une cachette. Et ces satanés pas qui se rapprochaient vite... Orl' attrapa vivement le poignet de la jeune fille et l'attira vers lui, mettant un poil de côté la délicatesse et la politesse. Sa main alla rapidement étouffer toute amorce de cri, qui leur aurait été fatale, alors que le jeune mutant replongeait dans l'ombre avec sa protégée au moment où la porte s'ouvrait. Tendu il centra son attention sur l'intrus, attendant quelques secondes avant de relâcher imperceptiblement sa prise, ne voulant pas faire mal à la mutante qu'il avait intercepté, lui intimant d'une légère pression de son doigt sur ses lèvres de garder le silence et l'immobilité.

L'homme en blouse qui avait ouvert la porte, pendant ce temps, parcourait du regard la pièce, les yeux plissés, commettant l'erreur de maintenir la porte entrouverte, masquant par conséquent les deux mutants derrière le battant. Il n'y avait qu'à attendre, patiemment, silencieusement, que ce cher homme épuise sa paranoïa (justifiée) et s'en aille. Quelques secondes s'écoulèrent, cette bourrique d'adulte semblait vraiment frustré de ne pas trouver de proie, se demandant manifestement s'il n'avait pas rêvé éveillé. Orl' restait parfaitement immobile, une lueur amusée au fond de ses yeux devant le dépit et l'incompréhension que devait actuellement ressentir ce gars qui pourchassait depuis tout à l'heure une ombre qui venait de s'évaporer, ou presque. Ledit chasseur sortit et referma la porte avec un bruit sourd et un grognement irrité. Un léger sourire de victoire passa sur les lèvres de l'adolescent, qui vérifia tout de même que ses pas s'éloignaient, histoire de ne pas tomber sur ce charmant personnage en blouse en sortant de leur cachette comme cela lui était une fois arrivé. D'ailleurs qu'est-ce qu'il fabriquait habillé comme un docteur fou en pleine nuit, celui-là ? Passons... Les pas semblaient bel et bien indiquer qu'ils n'avaient plus rien à craindre, du moins pour l'instant.

Orléans relâcha son souffle qu'il avait inconsciemment retenu et le bras de la fille, se détendant légèrement. Sortant du coin d'ombre où ils s'étaient dissimulés, il s'étira d'un mouvement félin, un demi sourire victorieux aux lèvres, avant de se tourner vers sa vis-à vis, passant la main dans sa crinière de boucles chocolat qui avaient une fois de plus décidé d'obstruer son champ de vision. Euh... Et il faisait quoi, maintenant ? Parce que ce n'était peut-être pas le lieu idéal pour des présentations ou pour parler de la pluie et du beau temps, d'autant plus que ce genre de considérations météorologiques n'étaient pas trop visibles sous l'eau. Coupé un peu dans son élan d'enthousiasme à l'idée de sa ballade aussi nocturne que contraire au règlement par ce genre de considération par des considérations sociales, le mutant finit par lâcher la mèche qu'il torturait de ses doigts et adressa un léger sourire à la jeune fille en face de lui. Pas sûr qu'elle le voit, ceci dit, vu la luminosité des lieux.

Désolé pour la surprise, mais je n'avais pas trop le temps d'inventer autre chose...

Bien joué, Orl', superbe début. Il haussa les épaules d'un air vaguement contrit. Vaguement seulement, parce que même si sa méthode n'avait pas été particulièrement agréable, sans doute, ils s'en étaient tout de même sortis. Bien que n'ayant fait que murmurer, il avait l'impression que ce simple souffle résonnait dans la pièce, se répercutant contre les murs de la pièce. Ou peut-être n'était-ce qu'un effet de sa prudence, exacerbée lors de ce genre d'escapade. Dans tous les cas, la légère pointe d'adrénaline due à l'intervention de l'adulte et le fait de trouver quelqu'un d'autre dans les couloirs une fois le couvre-feu passé avaient largement contribué à mettre de bonne humeur le jeune mutant. Arpenter seul les couloirs déserts plongés dans la pénombre ne le dérangeait pas le moins du monde, mais trouver un compagnon de vagabondage illicite était toujours bien plus amusant. Plus risqué aussi, vu que les chances de se faire repérer augmentaient pas mal avec le nombre de personnes, mais c'était aussi ça qui rendait l'idée amusante.

Bien que cela ne soit pas facile à discerner avec l'extinction des lumières, il reposa son regard sur la jeune fille, lui laissant le temps de remettre ses idées en place avant de lui indiquer la porte d'une inclinaison de la tête, un sourcil interrogateur haussé pour demander sans un bruit si elle se sentait d'attaque pour repartir. S'il connaissait un peu la mentalité des pions et du personnel dont devait faire partie l'hurluberlu déguisé en Frankeinstein, il devait s'être rué au croisement le plus proche en pensant avoir été berné. Et si ce n'était pas le cas... eh bien, de toute façon, ils ne pouvaient pas trop rester indéfiniment au même endroit, il suffirait de vérifier qu'il était loin et changer de lieu d'exploration.

[1073 mots /o/]
avatar
Orléans Citysearl

Nombre de messages : 66
Age : 25
Emploi/loisirs : ça te regarde ?
Humeur : De glace
Date d'inscription : 17/04/2010

| Bloc Notes |
Pouvoir :: Poussée d'adrénaline / suractivité physique
Relations::

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Night birds [Ruby <3]

Message  Ruby Westphan le Lun 7 Juin - 10:12

L'ombre qui l'avait saisie dans un élan trop rapide les avaient cachés au bon moment de la silhouette qui la poursuivait. Prête à se débattre, elle avait stoppé son mouvement quand l'autre l'avait implicitement tue, l'empêchant de les faire découvrir par le maniaque "emblousé": celui-ci scrutait la pièce, persuadé d'avoir eu affaire à une hallucination. Autant espérer qu'il n'avait pas pensé à des mutant transformateurs de réalité, ou une autre invention comme ça... sinon ils étaient partis pour rester planqués un bon moment. Finalement, il rebroussa chemin, leur permettant de se relâcher et de sortir de la cachette improvisée. Une grande bouffée d'oxygène saturé reste le meilleur moyen de stopper un battement chaotique du palpitant (enfin, il paraît), et c'est exactement ce qu'elle fit en se relevant.

Ok, voyons voir à qui nous avons à faire, quand même... plissant les yeux, elle ne distinguait pas clairement l'inconnu, mais il semblait à peu près de son âge. Bon, un point, c'est sûrement un autre élève qui... quoi d'ailleurs? Que fait-il à cette heure-ci dans le réfectoire? Non, non, pas d'embrouilles. Autant trouver un moyen de retrouver son bien, et rentrer se couler discrètement sous la couette, ce qui n'était pas gagné! Mais... une petite pointe d'envie avait germé dans son esprit pendant cette petite course... Elle s'inclina brièvement, en mettant de l'assurance dans son chuchotis.

Merci... merci. C'est pas passé loin, heureusement que tu était là....

Ouaw, quelle introduction. Passons, ils feraient les formalités plus tard, le plus important était de bouger rapidement pour éviter une seconde mauvaise rencontre... avec qui d'ailleurs? Elle n'avait pas réellement détaillé son poursuivant (et surtout autre chose à faire...), et à part sa blouse de scientifique, elle n'avait pas vraiment compris le pourquoi de la poursuite. Ah, si. Ce couvre-feu pourtant si simple à briser, mais apparemment pas violé souvent. Trop de questions, trop de points obscurs... c'était vraiment le moment de se prendre la tête? L'autre lui faisait signe de changer de paysage pour la suite de la nuit. Bonne initiative.

Ils ressortirent de la salle, silencieusement, repassèrent dans le réfectoire où leurs ombres s'allongeaient de manière inquiétante sous la lumière des fonds marins. Plus ouvert, cette bulle aux tables parfaitement alignées recevait un peu plus de "clarté" sous-marine, et Ruby en profita pour jeter un coup d'oeil à son "sauveur". Plus grand qu'elle, mais pas si éloigné de son âge. Brun. Une sensation de confiance, bizarrement... la promiscuité prolongée devait éteindre les préjugés sur les inconnus à force. La rousse observait fixement les chaises rangées, l'ambiance froide... les tables. Avec une envie irrésistible de céder à la tentation impossible en journée. Non, pas maintenant, quelqu'un risquait de revenir, c'était vraiment impossible que le rôdeur ai cru à un simple mirage dans les cuisines. Elle s'assit lentement sur l'une des surfaces, et fixa son regard (enfin, tenta, plutôt) sur celui du garçon. En remerciant l'obscurité qui la rendait à demi aveugle.

Je ne te vois pas très bien... Dis, tu penses qu'il vont revenir?

Un léger écho se faisait entendre derrière la porte, signe d'une autre ronde imminente dans leur direction; il était temps de mettre les voiles, histoire que les dernières dix minutes n'aient pas servi à rien. Ruby se laissa glisser de la table, juste à temps pour suivre rapidement l'autre qui lui avait saisi la main pour l'emmener plus loin. En coup de vent (silencieux), ils passèrent les lourds battants du réfectoire, sans piper mot, se dirigeant à toute allure dans la direction totalement opposée au prochain surveillant. Décidément, les couloirs étaient drôlement animés la nuit... à se demander pourquoi il y avait foule dans les corridors. En effet, il n'y allait pas y avoir d'entrées extérieures, et après de telles journées, élèves et professeurs étaient à son humble avis suffisamment fatigués pour ne pas rôder comme eux. La rouquine en était dans ses pérégrinations sur le but caché des rôdeurs, traînée suivant de son mieux possible le brun qui marchait à toute allure, quand un détail la frappa. Par exemple la vraie raison de son escapade, et et pourquoi elle était complètement relax au moment de manquer de se faire attraper. Sa main toujours emprisonnée par l'étau du garçon, elle osa, entre deux halètements, deux simples questions:

... où on va? Et, hm... tu es "qui", en réalité?

Elle se haïssait mentalement d'être aussi pénible. L'arrêt de leur course fut tellement brutale qu'elle manqua de le percuter et chancela. La silhouette, maintenant plus visible, d'un adolescent aux cheveux bruns, l'air totalement détendu, se découpa devant le fond bleuté de la vitre sous-marine. Les portes de l'auditorium trônaient, l'air austère, juste à côté.


[821... sorry x_x]
avatar
Ruby Westphan
Smile! Psycho-service à domicile bonjour? ♪
Smile! Psycho-service à domicile bonjour? ♪

Nombre de messages : 96
Age : 25
Localisation : Sûrement derrière toi.
Humeur : En vagabondage~
Date d'inscription : 30/07/2009

| Bloc Notes |
Pouvoir :: Morphine humaine/6e sens
Relations::

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Night birds [Ruby <3]

Message  Orléans Citysearl le Lun 7 Juin - 18:13

Pas de bruits de pas, c'était déjà ça... L'adolescent sentit sa respiration reprendre un rythme plus calme assez rapidement, sans doute l'habitude des escapades nocturnes, et par conséquent de ce genre d'incidents. Bon, ce n'était pas pour autant qu'il fallait relâcher son attention, au contraire, mais ils avaient le temps de laisser retomber l'adrénaline causée par ce gars pas net en blouse. Sérieusement, quelle idée de se balader comme ça en pleine nuit, ça faisait mauvais film d'horreur à propos de scientifiques fous...

Reportant son regard émeraude sur la jeune fille qu'il avait aidée, il ouvrit de grands yeux surpris en la voyant s'incliner légèrement. Euuuuh... Zen, enfin, c'était normal, quoi, il allait pas laisser un compagnon noctambule se faire prendre par un surveillant... Il sourit légèrement, passant encore une fois la main dans sa crinière en bataille, répondant dans un murmure.

Ah, je t'en prie, c'est rien...

Bon... Silence pendant un instant. Estimant qu'ils étaient tous deux en état de filer avant que l'adulte n'ait la sale idée de pointer le bout de son nez de fouine dans le coin, Orléans poussa la porte pour repasser dans le réfectoire. Décidément, c'en était presque agaçant, cet ordre si net, pensa-t-il en laissant son regard errer sur les tables soigneusement alignées, sur les chaises impeccablement rangées et le mobilier sobre. Pas un poil de travers. La lumière pâle de la lune qui peinait à traverser la masse d'eau rendait la salle un peu étrange, à la limite de l'oppressant. L'ambiance des lieux lui donnait assez envie de déplacer ne serait-ce qu'une table pour saboter l'ordre net du coin, mais ce n'était clairement pas la chose la plus intelligente à faire, et encore moins le meilleur moment pour le faire.

Perdu dans ses pensées pas très aimables à propos des maniaques de l'organisation, il cligna des yeux en entendant une voix le ramener sur terre. Logique qu'elle ne le voie pas bien, lui-même, malgré ses yeux de chat, ne pouvait que deviner vaguement à quoi ressemblait son interlocutrice, qui s'était assise sur l'un des meubles trop parfaitement alignés. Le jeune noctambule percevait indistinctement l'éclat coloré de ses yeux, et quelques reflets sur sa chevelure rousse ou châtain, mais rien de précis.

Oui, si celui-là ne nous trouve pas, il va surement venir re-vérifier. Et de toute façon, il vaut mieux bouger pour éviter qu'un autre taré déguisé en Frankeinstein ne passe dans le coin.

Bah d'ailleurs, quand on parlait du loup... Orl' se glissa silencieusement en direction des portes, bien décidé à ne pas se laisser piéger dans une pièce sans issue une seconde fois. Il saisit au passage la main de la jeune fille pour l'entrainer à sa suite, histoire d'éviter de perdre du temps à gesticuler silencieusement pour lui expliquer quelle direction ils prenaient. Pas très galant, mais c'était efficace, en tout cas... Le mutant poussa donc les battants, faisant attention à les refermer sans un bruit derrière eux pour ne pas laisser d'indice de leur passage, et fit une courte pause le temps de repérer d'où provenait le son de pas se rapprochant.

Bon... Direction l'auditorium, alors. D'abord, parce que la salle était à l'opposé de l'adulte, ensuite parce qu'elle était gigantesque, et pleine de recoins absolument parfaits pour semer quelqu'un. Autant dire que même si leur traqueur les suivait jusque là, il n'aurait quasiment aucune chance de les retrouver dans le fouillis de sièges, d'accessoires de scènes, de décors etc... Bref, c'était un beau bazar, donc un lieu idéal où se cacher le temps d'une pause. Il suffisait d'y arriver avant l'hurluberlu en blouse blanche. Une blouse blanche... Fallait vraiment pas être futé, quand même, se moqua intérieurement Orléans en s'orientant dans les couloirs plongés dans l'obscurité, entrainant à sa suite la jeune fille. Il lui fallut un peu de temps pour se faire la réflexion qu'il allait peut-être un peu vite pour elle, si elle n'avait pas l'habitude de ce genre de course-poursuite silencieuse. Silence qui fut rompu par la question soufflée. Ah... Encore une superbe démonstration de relations humaines, Orl'...

A l'auditorium, c'est où ce sera le plus simple de se planquer s'il nous suit, il y a des tas de recoins...

D'ailleurs, l'adolescent pila net à ce moment, alors que les portes dudit auditorium se dressaient devant eux. Whow... Bah première partie de la mission accomplie. Un sourire passa sur les lèvres du mutant à cette idée et il fit quelques pas pour pousser l'un des lourds battants. Les deux élèves rentrèrent et Orl' referma la porte, jetant un coup d'oeil à la jeune fille. Rousse, des yeux d'une couleur inhabituelle, que la lumière lunaire ne permettait pas de distinguer nettement... Ah, et il avait oublié de répondre à sa dernière question, en tête dans la lune de service.

Moi c'est Orléans des... euh... Des C.A.T.S., si mes souvenirs sont exacts.

Il avait attaché une importance plus que très relative à sa section, pour être honnête. Vu qu'il espérait pouvoir ne pas s'attarder dans les parages, quelle importance s'il ne retenait pas le nom de cette section ? Enfin, ça faisait pas très sérieux, mais c'était un détail sans importance, au vu du reste.

Et toi ?

Laconique, sans volonté de paraître sec pour autant. C'est juste que le mutant avait tendance à aller droit au but, et qu'après tout, même l'auditorium qui était l'un des salles les plus sûre de l'institut n'était pas le meilleur endroit qui soit pour taper la causette. Enfin, le problème était plus l'heure que le lieu... Après tout, c'était un peu surprenant de croiser dans les couloirs, après le couvre-feu, quelqu'un qui ne semblait pas habituée à ignorer les interdictions de sortie nocturne. En même temps, il faut un début à tout, alors pourquoi pas ?

[Wéééé, Ruby de retour =D 957 mots /o/]
avatar
Orléans Citysearl

Nombre de messages : 66
Age : 25
Emploi/loisirs : ça te regarde ?
Humeur : De glace
Date d'inscription : 17/04/2010

| Bloc Notes |
Pouvoir :: Poussée d'adrénaline / suractivité physique
Relations::

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Night birds [Ruby <3]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum